Anaïs Bigard-Bachmann, Norvège, EPOS

1.

Anaïs Bigard-Bachmann, Norvège, EPOS

3.

Anaïs Bigard-Bachmann, EPOS

5.

Anaïs Bigard-Bachmann, Charleroi, EPOS

7.

Anaïs Bigard-Bachmann, EPOS

2.

Anaïs Bigard-Bachmann, EPOS

4.

Anaïs Bigard-Bachmann, Shangai, EPOS

6.

Anaïs Bigard-Bachmann, Charleroi, EPOS

8.

BCH_6841_3_2.jpg
BCH_6841_3_2.jpg

9.

Anaïs Bigard-Bachmann, Pennsylanie, EPOS

11.

Anaïs Bigard-Bachmann, Pennsylanie, EPOS

13.

Anaïs Bigard-Bachmann,  EPOS

15.

Anaïs Bigard-Bachmann, EPOS

10.

Anaïs Bigard-Bachmann, Pennsylanie, EPOS

12.

Anaïs Bigard-Bachmann,  EPOS

14.

Anaïs Bigard-Bachmann,  EPOS

16.

1. Nord-Norge, Norvège 

2. Pennsylvanie, États-unis

3. Nord-Norge, Norvège

4. Bretagne, France 

5. Ostlandet, Norvège 

6. Shanghai, Chine

7. Charleroi, Belgique

8. Charleroi, Belgique

9. Le Caire, Égypte

10. Poznan, Pologne 

11. Maryland, États-unis

12. Maryland, États-unis

13. Pennsylvanie, États-unis

14. Poznan, Pologne 

15. Ostlandet, Norvège 

16. Sali, Sénégal

EPOS

Transcrire en images le mouvement, la réorganisation perpétuelle d’un espace commun - la terre - en extraire des formes, palpables et hétéroclites ; et ainsi étendre l’espace de dialogue entre les territoires. Observer et fragmenter le paysage, pour tenter de saisir les ambitions humaines qui l’ont façonné. Dire les lieux présents, au passé comme au futur.

Travail en cours.

« la limitation immédiate, pour chaque individu, pour chaque groupe, est donnée par les autres individus, par les autres groupes. Mais la sphère terrestre (exactement la biosphère, qui répond à l’espace accessible à la vie) est la seule limite réelle. »

Georges Bataille, La Part Maudite, 1933

paneau_teste_1_1.jpg
ABI_7273.jpg
Anaïs Bigard-Bachmann,  EPOS
Anaïs Bigard-Bachmann,  EPOS
paneau_teste_2_main de fer.jpg
paneau_teste_2_4.jpg

Titre du site